The Shifters, le 15 mai 2023

« Homo-Sapiens – CO2 : les liaisons dangereuses » par les Shifters, Brest

Participant à l’effet de serre naturel, le CO2 permet à Homo sapiens de vivre confortablement à la surface de la Terre. Depuis la révolution industrielle de 1850, le rythme de production du CO2 dû aux activités humaines est ultrarapide +1,1 ° aujourd’hui, avec des effets perceptibles (inondations, incendies, sécheresse…) ne laissant pas à la Nature le temps de s’adapter. Alors Homo sapiens, comment tu enlèves l’excès de CO2 ?
L’équation PIB ↔ énergie ↔ CO2 doit être prise dans l’autre sens pour respecter les Accords de Paris (+1,5° à 2 ° en 2100). Notre empreinte carbone annuelle doit passer de 8 t CO2/an à 2 t CO2/an. Comment diminuer son impact sur le climat ?
Une conférence interactive pour prendre conscience de la vitesse du changement climatique, déclencher des actions en tant qu’individu mais aussi en parallèle en tant que futur ingénieur au sein de son entreprise.

LUNDI 15 MAI 2023, 14h, amphi Vauban

Christophe Lavelle, biophysicien, le 18 mai 2018

« Quelques bases de gastronomie moléculaire (précédée d’une pincée de mécanique des génomes) »

VENDREDI 18 MAI 2018, 10h, amphi VAUBAN

Lavelle sorbet

Lavelle bulle Soufflé qui monte, lait qui mousse, sauce qui épaissit, flan qui prend : la cuisine, ou « art de transformer les mets », nous montre quantité de phénomènes plus ou moins mystérieux, que la science nous aide à mieux comprendre, et donc à mieux maîtriser. Cette conférence sera l’occasion de décortiquer ensemble quelques plats.

Note : en apéritif, seront servies quelques notions de mécanique des génomes, sujet tout aussi fondamental…

Lavelle génome

Christophe LavelleChristophe Lavelle est biophysicien et épigénéticien, chercheur au CNRS et au Muséum National d’Histoire Naturelle, à Paris. Spécialiste, d’une part, de biophysique cellulaire, et d’autre part, de gastronomie moléculaire, il enseigne l’épigénétique et la physico-chimie culinaire au sein de nombreuses universités et donne régulièrement des conférences auprès du grand public et des professionnels (chefs, formateurs, ingénieurs). Il est également  co-responsable du réseau PALIM (Patrimoines alimentaires) de Sorbonne Universités, co-fondateur du FoodLab 2.0 (http://food20.fr) et formateur à l’ESPE pour les professeurs de cuisine. Il a récemment publié « Toute la chimie qu’il faut savoir pour devenir un chef » (Flammarion, 2017).

Email: christophe.lavelle@mnhn.fr

Web: http://sites.google.com/site/christophelavelle (perso) / http://food20.fr (food lab).

Valérie Marchi, chimiste, le 1er février 2018

« Des propriétés singulières de l’or et des semi-conducteurs émergeants à l’échelle du nano ? »

par Valérie Marchi, Institut de Sciences Chimiques de Rennes, Université de Rennes 1

JEUDI 1er FEVRIER 2018, 14h, amphi Vauban

Marchi tubes 2Exploiter les propriétés extraordinaires de la matière à l’échelle nanométrique consitue une réalité dans le monde qui nous entoure. Les nanoparticules notamment ont pris une place importante dans de nombreux secteurs d’activités. Grâce à leur couleur, leur stabilité chimique et leur biocompatibilité, les nanoparticules d’or connaissent un essor considérable et constituent des nanomatériaux prometteurs pour des applications en cancérologie où elles agissent comme des nanosources de chaleur et en catalyse où elles accélèrent prodigieusement certaines réactions comme la combustion du monoxyde de carbone.

Marchi tubes 1Grâce à leurs propriétés optiques exceptionnelles, les nanoparticules d’or tout comme les nanoparticules semi-conductrices (de type quantum dots) sont utilisées pour le marquage, la détection et le suivi temporel de protéines individuelles. Ces applications multidisciplinaires seront illustrées par des exemples concrets.

marchiValérie Marchi a pour thèmes de recherches la synthèse, la chimie de surface et l’auto-assemblage de nanoparticules utilisées dans l’imagerie biologique et la préparation de matériaux nanostructurés pour l’optique, la biocatalyse et la bioanalyse.

Bernard Valeur et Elisabeth Bardez, les 19 et 20 septembre 2017

Mardi 19 septembre à 20h30 : « La lumière et la vie…et le monde aquatique », auditorium Marion Dufresnes à Océanopolis, entrée libre.

La vie tire parti de la lumière via la photosynthèse, indispensable au développement des organismes vivants. En milieu marin, les micro-organismes photosynthétiques, responsables de l’oxygénation de notre planète il y a 2,3 milliards d’années, produisent encore 50 % de l’oxygène respiré et sont les artisans de la séquestration du carbone dans les fonds océaniques. Quant aux animaux aquatiques, l’adaptation de leurs fonctions vitales à la lumière sera illustrée par l’extraordinaire diversité de leurs yeux, ainsi que de leurs couleurs : ternes ou vives, parfois « fluos », ou mimant celles du milieu pour se dissimuler. Et que dire, dans l’obscurité des abysses, de la fascinante bioluminescence de nombreuses d’espèces, indispensable à leur survie !

Mercredi 20 septembre à 10h : « Quand la matière se fait source de lumière », amphi Vauban
Conférence pour les étudiants de CPGE du pôle.
Entrée libre pour les personnels dans la limite des places disponibles.

Incandescence et luminescences. Fluorescence et électroluminescence. Applications, LED et OLED en particulier…

Par Bernard Valeur, physicochimiste, professeur honoraire du conservatoire des arts et métiers (CNAM, Paris),

et Elisabeth Bardez, physicochimiste, professeur honoraire des Universités

 

Christophe Lavelle, biophysicien, le 23 janvier 2017

« Transformer la matière…culinaire »

lundi 23 janvier 2017, 10h, amphi lesven

Soufflé qui monte, lait qui mousse, sauce qui épaissit, flan qui prend et cidre qui fermente : la cuisine, ou « art de transformer les mets », nous montre quantité de phénomènes plus ou moins mystérieux, que la science nous aide à mieux comprendre, et donc… mieux maîtriser ! Des propriétés des ingrédients jusqu’à leur transformation en cuisine, de la physiologie du goût jusqu’à la nutrition, la chimie, la physique et la biologie nous éclairent sur les mécanismes à l’œuvre à l’échelle moléculaire dans toutes les étapes de notre alimentation.

Christophe Lavelle est biophysicien, chercheur au CNRS et au Muséum National d’Histoire Naturelle, à Paris. Spécialiste de la physico-chimie cellulaire et culinaire, il enseigne l’épigénétique et la gastronomie moléculaire au sein de nombreuses universités et donne régulièrement des conférences auprès du grand public et des professionnels de l’alimentation. Il est également  co-fondateur du FoodLab 2.0 (http://food20.fr) et formateur à l’ESPE pour les professeurs de cuisine.

Alexandra Gigante, chimiste, le 23 février 2016

« Développements et innovations dans l’industrie chimique »

Alexandra Gigantepar Alexandra Gigante, chimiste, enseignante à l’ENSIC Nancy

MARDI 23 FEVRIER 2016, 16h, amphi Vauban

La fabrication d’un produit pur ou formulé requiert généralement plusieurs étapes (mélange, réactions, séparation…) dans des conditions de température et de pression bien définies. A l’échelle du laboratoire, la mise en œuvre de ces étapes est facilitée en raison de la faible quantité de matières premières et de produits.

A l’échelle industrielle, la préoccupation majeure est de limiter les coûts de production. Cela passe par une optimisation des rendements et des consommations énergétiques. A cela s’ajoutent bien évidemment des contraintes liées à la qualité et au respect de l’environnement et de la sécurité. Le génie des procédés est la science qui permet d’intégrer tous ces paramètres pour concevoir, mettre en oeuvre et améliorer au quotidien les installations industrielles.

Nous nous proposons dans cette conférence de montrer aux élèves des classes préparatoires, en illustrant notre propos par un cas très concret, comment opérer la synergie entre ces sciences fondamentales que sont la chimie, la physique et les mathématiques pour aller vers les disciplines du génie des procédés (génie de la réaction chimique, procédés de séparation thermique et mécanique, mélange et transport des solides et des fluides, régulation…).…

Eric Rannou, mathématicien à l’ UBO, le 19 décembre 2014

« La cristallographie géométrique : naissance, vie et mort d’une discipline scientifique »

par Eric Rannou, mathématicien, enseignant-chercheur à l’UBO

VENDREDI 19 DECEMBRE 2014, 10h, amphi VaubanEric Rannou

Dans un cabinet de curiosité jadis comme dans un muséum aujourd’hui, les cristaux fascinent. Il y a là un plaisir immédiat à s’intéresser à la cristallographie géométrique. Au-delà des beaux objets, des beaux dessins, il y a aussi un plaisir lent à goûter : celui de sentir dans toutes les caractéristiques, les particularités d’une construction humaine l’empreinte des temps qui l’ont vu naître, grandir puis décliner.

Raphaël Tripier et Nathalie Camus, chimistes, le 31 janvier 2014

« Piéger les cations métalliques, applications en médecine nucléaire »

par Raphaël Tripier, Professeur, et Nathalie Camus, doctorante, Université de Bretagne Occidentale

Vendredi 31 janvier 2014, 14h, amphi Vauban

« L’objectif de notre travail est de développer la synthèse d’agents chélatants, c’est à dire « séquestrant d’ions métalliques » chargés de vectoriser des radionucléides.
Il existe de nombreuses applications en radioimmunothérapie (nouvelle méthode thérapeutique de traitement des cancers par destruction sélective des cellules cancéreuses) ou en immunoscintigraphie des cancers (imagerie médicale permettant la visualisation spécifique de cellules cancéreuses). »